Des travailleurs de l’ONU ont aidé le Hamas à kidnapper des Israéliens – NYT — RT World News


Les allégations qui ont conduit près d’une douzaine de pays à suspendre le versement de leur aide à l’UNRWA restent non vérifiées

Plusieurs travailleurs humanitaires de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens, l’UNRWA, ont aidé à kidnapper des Israéliens et à armer le Hamas lors de son attaque du 7 octobre, a affirmé dimanche le New York Times citant le contenu d’un rapport secret du gouvernement israélien.

Le dossier détaillerait les affirmations d’Israël concernant douze employés de l’UNRWA qui seraient impliqués dans le raid. Sept étaient enseignants de l’agence et deux autres travaillaient dans ses écoles à d’autres titres, tandis que les trois autres étaient commis, travailleur social et gérant de magasin. Dix des travailleurs seraient également membres du Hamas, dont la branche civile reste le gouvernement légalement élu de Gaza malgré sa classification comme groupe terroriste par Jérusalem-Ouest, tandis qu’un autre serait affilié au Jihad islamique palestinien.

Un conseiller scolaire de Khan Younis aurait travaillé avec son fils pour kidnapper une Israélienne, tandis qu’un travailleur social de Nuseirat aurait ramené le corps d’un soldat israélien mort à Gaza et aurait aidé à distribuer des véhicules et des munitions avant le raid. Trois autres hommes auraient reçu des SMS les convoquant à des points de rendez-vous le 7 octobre, l’un d’entre eux ayant reçu l’ordre d’apporter des grenades propulsées par fusée.

Ne pénalisez pas les travailleurs humanitaires – le secrétaire général de l'ONU en Occident

Deux responsables américains ont déclaré au New York Times que même s’ils avaient été informés des allégations israéliennes, ils n’avaient pas vérifié les détails. Washington a néanmoins été le premier à supprimer le financement de l’UNRWA vendredi, suivi par le Canada et plus d’une demi-douzaine d’autres samedi.

L’UNRWA ne disposant pas de réserves de liquidités d’urgence, il pourrait devoir réduire les services vitaux qu’il fournit à quelque 5 millions de Palestiniens à partir de février. La coupure du financement intervient à un moment précaire pour les habitants de Gaza, dont beaucoup sont déjà confrontés à la faim et à la famine. Plus de 85 % d’entre eux ont été déplacés de leurs foyers depuis le début de la guerre, selon l’ONU.

Les accusations d’Israël surviennent quelques jours seulement après que la Cour internationale de Justice a ordonné à Israël de prendre des mesures pour prévenir le génocide à Gaza, notamment en autorisant davantage de livraisons d’aide aux résidents assiégés du territoire. Bien que la décision indique que le tribunal a jugé que l’affaire de génocide sud-africaine contre Israël avait un certain mérite, elle n’est pas allée jusqu’à exiger immédiatement un cessez-le-feu.

La Cour de justice de l'ONU ordonne à Israël de « prévenir le génocide »

Israël restait silencieux sur les informations concernant les travailleurs de l’UNRWA depuis des semaines, ont déclaré samedi trois diplomates anonymes à Israel Hayom, affirmant que le gouvernement avait gardé le silence parce que « il y avait une compréhension dans le système politique israélien selon laquelle l’UNRWA devait être préservé à Gaza, parce que c’est le seul organisme fonctionnel à Gaza et sans lui, le chaos serait encore plus grand. »

Cependant, le ministre des Affaires étrangères Israel Katz a appelé samedi à ce que l’UNRWA soit « remplacé par des agences dédiées à une paix et un développement authentiques », exigeant la démission de son directeur, et Jérusalem-Ouest a déjà affirmé que l’agence était une façade du Hamas.

L’ONU a lancé une enquête sur ces allégations et a immédiatement licencié les membres du personnel soupçonnés d’activités terroristes, mais le secrétaire général Antonio Guterres a appelé les pays occidentaux à ne pas pénaliser sans discernement tous les travailleurs humanitaires.



Source link