En Angleterre, de nouvelles lois donnent à la police le pouvoir d’arrêter des manifestants masqués


LONDRES, 9 février — De nouvelles lois donneront à la police d’Angleterre et du Pays de Galles le pouvoir d’arrêter les manifestants qui refusent de retirer leur masque, a annoncé hier le gouvernement.

Les manifestants qui escaladent les monuments nationaux pourraient être condamnés à une peine de trois mois de prison ou à une amende de 1 000 £ (6 025 RM) en vertu des nouvelles propositions.

Les groupes de défense des droits ont condamné les nouveaux pouvoirs, mais le ministère de l’Intérieur a déclaré dans un communiqué que le droit de manifester « n’est plus une excuse pour certaines atteintes à l’ordre public ».

Les propositions, qui seront ajoutées à la législation sur la justice pénale examinée par le Parlement, font suite à des manifestations d’antisémitisme lors de manifestations de masse contre l’action militaire israélienne à Gaza qui ont débuté en octobre dernier.

Publicité

Les chefs de la police ont averti que certains manifestants « utilisaient des masques pour dissimuler leur identité, non seulement pour intimider la majorité respectueuse de la loi, mais aussi pour éviter des condamnations pénales ».

Les militants ont toutefois dénoncé ces mesures comme une « menace au droit de chacun de manifester ».

Dans le cadre des réformes, la possession de fusées éclairantes, de feux d’artifice ou de tout autre article pyrotechnique lors de rassemblements et rassemblements publics sera également rendue illégale.

Publicité

Le ministre de l’Intérieur, James Cleverly, a déclaré que les récentes manifestations avaient vu une « petite minorité se consacrer à causer des dégâts et à intimider la majorité respectueuse de la loi ».

« Le droit de manifester est primordial dans notre pays, mais allumer des fusées éclairantes lors de manifestations pour causer des dégâts et des perturbations n’est pas une protestation, c’est dangereux », a-t-il déclaré.

“C’est pourquoi nous donnons à la police le pouvoir de prévenir toute forme de criminalité dans nos rues”, a-t-il ajouté.

Akiko Hart, directrice du groupe de défense des droits de l’homme Liberty, a qualifié ces mesures de « dépassement massif de la part du gouvernement et de menace pour le droit de chacun à manifester ».

“Il s’agit d’une tentative scandaleuse de réprimer notre droit fondamental de défendre ce en quoi nous croyons”, a ajouté Hart.

Des dizaines de milliers de personnes ont participé aux manifestations à travers le Royaume-Uni suite à l’intervention militaire israélienne à Gaza.

L’action d’Israël était une réponse à une attaque sans précédent menée par des combattants du Hamas contre le sud d’Israël le 7 octobre, qui a entraîné la mort d’environ 1 160 personnes, selon un décompte de l’AFP.

Des hommes armés ont également capturé environ 250 otages. Israël affirme qu’il en reste 132 à Gaza, dont 29 seraient morts.

Les frappes aériennes israéliennes et l’offensive terrestre menée depuis ont tué au moins 27 840 personnes, pour la plupart des femmes et des enfants, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas à Gaza. -AFP



Source link