Frappées par le changement climatique, les autorités cherchent à améliorer les rendements du safran au Cachemire — Enjeux mondiaux


Des agriculteurs vérifient les fleurs de safran dans leur ferme de Pampore, au Cachemire.  Crédit : Athar Parvaiz/IPSDes agriculteurs vérifient les fleurs de safran dans leur ferme de Pampore, au Cachemire. Crédit : Athar Parvaiz/IPSpar Athar Parvaiz (Srinagar, Inde)mercredi 07 février 2024Inter Press Service

Bien que le gouvernement ait lancé la National Saffron Mission (NMS) de 4,1 milliards de roupies en 2010 pour atténuer ces défis et rajeunir la culture du safran au Cachemire, son efficacité reste discutable, affirment les agriculteurs.

Le safran est l’une des principales industries du Cachemire, avec l’horticulture et l’agriculture, faisant vivre quelque 17 000 familles dans la région. L’Inde contribue à hauteur de 5 % à la production mondiale totale, dont 90 % proviennent de la région himalayenne du Cachemire.

L’épice est cultivée depuis 500 après JC dans la vallée du Cachemire et a atteint son apogée dans les années 1990 avec un rendement annuel moyen d’environ 15,5 tonnes sur 5 700 hectares (14 085 acres), mais les terres cultivées pour le safran et les rendements ont diminué depuis lors.

Selon une étude, les périodes prolongées de sécheresse ont suscité de vives inquiétudes parmi les producteurs de safran.

“Comme la culture dépend fortement des précipitations, l’insuffisance des précipitations a conduit la région à connaître sa plus faible productivité en safran au cours des trois dernières décennies”, indique l’étude.

“En plus des défis posés par la sécheresse, la région est également confrontée à des problèmes liés à l’urbanisation et à la croissance démographique croissante”, ajoute l’étude. Selon le département de l’agriculture du Cachemire, les terres cultivées en safran sont passées de 5 700 hectares dans les années 1990 à 3 715 hectares en 2016 en raison des conversions d’utilisation des terres.

Les producteurs de safran, qui cultivent le « roi des épices » dans des champs s’étendant sur plusieurs milliers d’hectares, principalement dans le district de Pulwama, au sud du Cachemire, se plaignent depuis des années du fait que le manque de précipitations à des moments cruciaux a entraîné une baisse de la production de safran.

Selon les agriculteurs, une ou deux pluies en septembre et octobre sont essentielles à la floraison des cultures. Mais la plupart des années depuis la fin des années 1990, soit il n’a pas plu pendant ces mois, soit il a plu trop, ce qui a endommagé les récoltes, explique l’agriculteur Mohammad Reshi, ajoutant que les agriculteurs dépendent toujours des conditions météorologiques pendant la saison des cultures.

«Le système d’irrigation par aspersion, qui, selon le gouvernement, a été mis en place, aurait dû être fonctionnel à présent. Mais ça ne fonctionne pas. Vous pouvez constater par vous-même ce qui est arrivé à ces canalisations et aux puits de forage. Ils ne servent à rien», dit Reshi à IPS en désignant le système d’irrigation par aspersion défunt dans un champ de safran à Pampore, où la culture du safran est concentrée au Cachemire.

Bien que, dit Reshi, des puits tubulaires aient été creusés et des canalisations posées dans les champs de safran depuis des années maintenant, « nous n’avons pas encore vu l’eau dans les champs de safran ».

Selon lui, le projet devait être achevé il y a des années, mais il est toujours en suspens. Niant les allégations des producteurs de safran, Ghulam Mohammad Dhobi, co-directeur du département de l’agriculture du Cachemire, qui est également responsable nodal du NMS, affirme que le gouvernement fait de son mieux pour aider les agriculteurs à obtenir de bons rendements.

“Les agriculteurs n’ont pas besoin d’attendre longtemps pour voir les résultats positifs de l’infrastructure d’irrigation, car nous espérons qu’elle sera achevée peu de temps après qu’elle fonctionnera correctement”, explique Dhobi à IPS.

Selon l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), qui a attribué à la culture du safran au Cachemire le statut de Système du patrimoine agricole d’importance mondiale (SIPAM), « la culture du safran est confrontée à de graves défis en matière de durabilité et de sécurité des moyens de subsistance, avec un besoin urgent d’adopter des mesures appropriées. technologies pour faire face à la pénurie d’eau, à la perte de productivité et à la volatilité des marchés.

La recherche scientifique a établi que l’irrigation joue le rôle le plus important dans la culture du safran au Cachemire. Firdous Nahvi, ancien chercheur en agriculture à l’Université des sciences et technologies agricoles du Sher-e-Kashmir, affirme que les rendements du safran dépendent traditionnellement des précipitations au cours des mois cruciaux d’août à octobre au Cachemire, et que les rendements du safran ont chuté ces dernières années en raison de le problème de l’irrigation.

Selon Nahvi, jusqu’en 1999-2000, le Cachemire a reçu des précipitations bien réparties de 1 000 à 1 200 mm par an sous forme de pluie et de neige, mais ce chiffre est désormais tombé à 600 à 800 mm.

“Dans n’importe quelle partie du monde, l’agriculture est impensable sans eau”, déclare Nahvi, qui ajoute : “La création d’installations d’irrigation était la partie essentielle du projet car nous avons observé ces dernières années qu’il ne pleut pas lorsque les cultures ont besoin d’humidité. ” Nahvi était l’expert qui a conseillé les responsables de la mise en œuvre du NMS sur la nécessité d’installer un système d’irrigation par aspersion pour la culture du safran au Cachemire.

Solutions dans les méthodes agricoles

Bashir Allie, un scientifique agricole qui dirige la Station de recherche sur le safran du Cachemire, affirme qu’il a également informé les départements de l’agriculture et de l’irrigation du gouvernement du Cachemire que la création d’installations d’irrigation goutte à goutte est cruciale pour améliorer les rendements du safran.

“Mais nous travaillons également avec les agriculteurs à travers notre programme de sensibilisation sur le terrain pour améliorer le rendement du safran”, explique Allie à IPS, ajoutant que lui et son équipe disent aux agriculteurs de planter le nombre optimal de bulbes dans les champs de safran plutôt que de les planter au hasard.

Par exemple, explique Allie, les agriculteurs plantent généralement jusqu’à 300 000 bulbes par hectare, “alors que nous leur conseillons d’opter pour 500 000 à un million de bulbes par hectare (ou 50 bulbes par mètre carré).” Selon lui, cela aidera les agriculteurs à augmenter leurs rendements, à condition qu’ils déracinent les vieux bulbes tous les quatre ans et en plantent de nouveaux.

“Ce que nous avons également observé, c’est que les agriculteurs gardent les bulbes dans les champs jusqu’à 20 ans et les laissent sans surveillance”, raconte-t-il à IPS, ajoutant que cela affecte le rendement car les bulbes les plus anciens continuent à produire de nouveaux bulbes, ce qui augmente la concurrence. pour les nutriments au sein de la population et la population entière est sous-performante (en produisant des fleurs), affectant ainsi le rendement.

« Ainsi, la solution que nous proposons aux agriculteurs est de planter le nombre optimal de bulbes (50 bulbes par mètre carré) et de remplacer les bulbes tous les quatre ans », informe Allie.

Pour atténuer l’impact des conditions de sécheresse sur les cultures de safran, Allie explique que lui et son équipe ont conseillé aux agriculteurs de commencer à cultiver des amandiers dans des champs de safran à une distance de quatre à cinq mètres afin qu’ils fournissent de l’ombre et aident les agriculteurs à retenir l’humidité. leurs champs de safran.

« Une fois que les amandiers auront produit des branches, ils fourniront de l’ombre aux champs de safran, car le safran est une plante qui aime l’ombre. De plus, l’humidité du sol sera retenue », explique Allie, ajoutant que les amandiers, en plus de fournir de l’ombre, produiront également des amandes, aidant ainsi les agriculteurs à augmenter leurs revenus.

Rapport du Bureau IPS de l’ONU

© Inter Press Service (2024) — Tous droits réservésSource originale : Inter Press Service

Où ensuite ?

Dernières nouvelles

Lisez les dernières actualités :

Frappées par le changement climatique, les autorités cherchent à améliorer les rendements du safran au Cachemire mercredi 07 février 2024La Maison Blanche nie toujours les troubles au Moyen-Orient liés à Gaza mercredi 07 février 2024L’ISDS néocolonial, abusé, biaisé, coûteux et manifestement injuste mercredi 07 février 2024L’actualité mondiale en bref : Un responsable de l’ONU condamne les attaques en Ukraine, la RDC fait face à de nouveaux combats et à des inondations dévastatrices mercredi 07 février 2024L’envoyé de l’ONU au Moyen-Orient soutient la nécessité d’un cessez-le-feu à Gaza mercredi 07 février 2024L’UNICEF condamne la frappe aérienne contre des écoles au Myanmar mercredi 07 février 2024La paix est la raison d’être de l’ONU, selon Guterres mercredi 07 février 2024L’ONU lance un appel de 4,1 milliards de dollars d’aide au Soudan déchiré par la guerre et aux pays accueillant des réfugiés mercredi 07 février 2024La guerre à Gaza entre dans son cinquième mois au milieu d’informations faisant état d’un éventuel accord de cessez-le-feu mercredi 07 février 2024Conférence sur les pays en développement sans littoral pour aborder le développement mardi 06 février 2024

Lien vers cette page depuis votre site/blog

Ajoutez le code HTML suivant à votre page :

Frappées par le changement climatique, les autorités cherchent à améliorer les rendements en safran au Cachemire, Inter Press Service, mercredi 7 février 2024 (publié par Global Issues)

… pour produire ceci :

Frappées par le changement climatique, les autorités cherchent à améliorer les rendements du safran au Cachemire, Inter Press Service, mercredi 7 février 2024 (publié par Global Issues)



Source link