Ingraham : la gauche utilise les institutions pour aider ses amis et punir ses ennemis



Laura Ingraham de Fox News montre comment la gauche s’attaque aux ennemis politiques dans « The Ingraham Angle ».

LAURA INGRAHAM : Maintenant, tout le monde doit comprendre ce soir que le flanc gauche de Biden fera tout et n’importe quoi pour faire exploser les chances de Trump en novembre. Et les élections ? Leur objectif, bien sûr, est de changer fondamentalement l’Amérique parce qu’ils pensent que notre pays est trop riche et trop raciste. Désormais, leur MO peut se résumer en une ligne : récompensez vos amis et punissez vos ennemis. Ainsi, peu importe où ils prennent pied – pensez au monde universitaire, aux entreprises américaines, aux tribunaux, aux agences fédérales, aux médias, à l’industrie du divertissement et même aux églises – ils commencent à purger les conservateurs de leurs rangs, puis ils commencent à utiliser ces institutions pour persécuter leurs ennemis politiques. Les principes d’équité, de normes objectives, d’égalité de justice, tout cela passe par la fenêtre.

LES RÉUNIONS À LA MAISON BLANCHE DU PROCUREUR DE TRUMP, FANI WILLIS, GARANTISSENT UNE ENQUÊTE TRÈS PROFONDE, DIT L’EX-PROCUREUR

Claudine Gay a obtenu ce poste à Harvard, pas parce qu’elle est la meilleure des meilleures. Elle a obtenu son poste parce qu’elle faisait partie du club et qu’elle suivait les ordres. Désormais, une fois les apparatchiks de gauche en place, les vrais dégâts sont infligés. Grâce au rêve de la gauche d’une caution sans numéraire à New York, les migrants qui ont tabassé les flics new-yorkais sont déjà en liberté. Et littéralement, ils ont fait un double doigt à l’Amérique après avoir été libérés. Eh bien, le New York Post rapporte que la police pense désormais que quatre des migrants qui ont tabassé les flics ont déjà sauté dans un bus pour la Californie. Ils ont apparemment donné de faux noms à une organisation à but non lucratif qui aide les migrants à quitter la ville. L’organisation à but non lucratif reçoit de l’argent de vous, le contribuable.

Donc zéro conséquence pour eux, mais pas pour les prévenus du 6 janvier car ils étaient des ennemis politiques. Le DOJ a donc voulu en faire des exemples. Cela explique le coup de filet national, les ressources fédérales investies dans leurs poursuites. Ils recherchent toujours environ 300 personnes. Bien sûr, l’isolement cellulaire, les peines de prison d’une longueur obscène, tout cela. Parce que dans la vision déformée du monde des démocrates, les J6ers devraient être exclus de la société pour toujours et ne plus jamais être autorisés à travailler, même s’ils ne sont pas entrés au Capitole, même s’ils n’ont pas commis d’actes de violence. Cela n’a pas d’importance.

CLIQUEZ ICI POUR OBTENIR L’APPLICATION FOX NEWS

Eh bien, qu’en est-il de ces deux membres du Congrès qui se sont filmés en train de faire l’amour avec un homosexuel dans une salle d’audience du Capitole et qui l’ont ensuite publié sur Internet ? Eh bien, puisque l’establishment aime ce genre de comportement, ils font partie d’une classe protégée et aucune accusation ne sera portée. Alors, qu’est-il arrivé à la demande du Congrès que nous protégions ces salles sacrées et sacrées ? Vous vous souvenez de Pelosi après le 6 janvier ? Eh bien, vous êtes à moitié nu, vous êtes penché sur une table de conférence. Mais si vous êtes libéral, tout va bien. Mais vous posez vos jambes sur le bureau de Nancy Pelosi et vous êtes derrière les barreaux pendant quatre ans et demi. Encore une fois, ils croient que le but de chaque institution est d’aider leurs amis et de punir leurs ennemis.



Source link