L’Arabie Saoudite accusée de « laver son bilan en matière de droits de l’homme par le sport » – Enjeux mondiaux


Le grand footballeur Cristiano Ronaldo est à nouveau sur la bonne voie pour l’équipe saoudienne d’Al Nassr.  Le gouvernement saoudien a investi ces dernières années des milliards de ses revenus pétroliers dans le sport, notamment le tennis, le golf, la boxe et surtout le football.  Crédit : Shutterstock - Human Rights Watch affirme que cette politique vise principalement à ternir la réputation de l'Arabie Saoudite, en organisant des événements sportifs majeurs qui attirent une large attention médiatique positive pour la détourner des abus des hôtes.Le grand footballeur Cristiano Ronaldo est à nouveau sur la bonne voie pour l’équipe saoudienne d’Al Nassr. Le gouvernement saoudien a investi ces dernières années des milliards de ses revenus pétroliers dans le sport, notamment le tennis, le golf, la boxe et surtout le football. Crédit : Shutterstockpar Paul Virgo (Rome)lundi 05 février 2024Inter Press Service

Le grand footballeur Cristiano Ronaldo est à nouveau sur la bonne voie pour l’équipe saoudienne d’Al Nassr.

L’Anglais Tyrrell Hatton devient la dernière star du golf à s’inscrire sur le circuit rebelle LIV soutenu par les Saoudiens.

Le World Snooker Tour annonce un premier événement télévisé en Arabie Saoudite en mars, mettant en vedette le septuple champion du monde Ronnie O’Sullivan et l’actuel détenteur du titre mondial Luca Brecel, ainsi qu’un changement de règle qui permettra aux joueurs d’obtenir un score maximum de 167, au lieu du traditionnel 147.

Si vous avez récemment vu un titre d’actualité sur l’Arabie Saoudite, il y a de fortes chances que l’histoire soit liée au sport.

Le gouvernement saoudien a investi ces dernières années des milliards de ses revenus pétroliers dans le sport, notamment le tennis, le golf, la boxe et surtout le football.

Pris au pied de la lettre, il s’agit d’un moyen pour le royaume d’investir sa vaste richesse dans des divertissements somptueux et d’augmenter ainsi son PIB.

Les critiques, cependant, voient quelque chose de plus sinistre en jeu.

Human Rights Watch (HRW) affirme que cette politique vise principalement à « laver » la réputation de l’Arabie Saoudite, en organisant des événements sportifs majeurs qui attirent une large attention médiatique positive pour la détourner des abus des hôtes.

Il dit qu’en devenant le pays où Ronaldo et Neymar exercent leur métier et en accueillant des événements comme le Real Madrid contre Barcelone en Super Coupe d’Espagne, il devient plus facile d’oublier Jamal Khashoggi, le journaliste brutalement assassiné au consulat saoudien à Istanbul en 2018. , et ses collègues emprisonnés, censurés ou harcelés en Arabie Saoudite, pour ne pas penser aux droits des femmes et des LGBT dans le royaume ; et ignorer les massacres de migrants le long de la frontière saoudienne avec le Yémen.

“Le sport unit les supporters de tout le spectre politique et – à quelques exceptions près, comme lorsque les équipes nationales de pays ‘rivaux’ s’affrontent – est généralement un territoire apolitique”, a déclaré à IPS, Claudio Francavilla, directeur associé de HRW, EU Advocacy. .

« Ils sont considérés comme faisant partie de l’industrie du divertissement et attirent les médias, les sponsors, les touristes et les investissements potentiels.

« Lorsqu’un gouvernement abusif organise un événement sportif majeur à des fins de sportswashing, son objectif est que les médias, les sponsors et le grand public se concentrent sur le match, souvent précédé et suivi de cérémonies d’ouverture/clôture tape-à-l’œil, et apprécient l’organisation et l’hospitalité offertes par l’hôte. et promouvoir le gouvernement hôte comme un pays ouvert, avancé, avec lequel il est agréable de visiter et de faire des affaires – tout sauf ses violations des droits de l’homme, qui doit être caché de la sphère publique et du débat.

“En d’autres termes : regardez le bal, regardez le feu d’artifice, oubliez les abus”.

En mai, des militants saoudiens des droits de l’homme et des intellectuels ont publié « Une vision populaire pour la réforme en Arabie saoudite », un document appelant à la libération de tous les prisonniers politiques, au respect des droits à la liberté d’expression et d’association, au respect du droit les droits des femmes, des migrants et des minorités religieuses, l’abolition de la torture et de la peine de mort, la réforme du système judiciaire et une redistribution des richesses du pays.

HRW affirme qu’au lieu de respecter leurs obligations en matière de droits humains et d’entamer un dialogue avec ces acteurs de la société civile, les autorités saoudiennes ont continué à réprimer la dissidence et à investir dans des campagnes et des événements qui blanchissent ou blanchissent leur réputation.

En effet, après avoir déjà obtenu les droits d’accueil de l’EXPO 2030 et des Jeux asiatiques de 2034, le gouvernement saoudien pourrait bientôt obtenir les droits d’accueillir la Coupe du monde de football masculin de 2034 et – ce qui est irritant, compte tenu du traitement réservé aux femmes par le pays – il est candidat pour l’organisation de 2035. la Coupe du monde féminine aussi.

L’Arabie Saoudite n’est pas le seul pays à se livrer au sportwashing.

« Les cas récents les plus marquants incluent la Coupe du monde de 2018 en Russie et les Jeux olympiques d’hiver de 2022 en Chine », a déclaré Francavilla.

“L’achat du Manchester City FC par les Émirats arabes unis a été qualifié de sportswashing, tout comme le Grand Prix de Formule 1 de Bahreïn et l’acquisition par l’Arabie saoudite du club anglais de Premier League Newcastle United FC”.

Le lavage sportif n’a pas toujours l’effet escompté.

Avant la récente Super Coupe d’Espagne à Riyad, Barcelone avait mis en garde ses supporters contre d’éventuelles « sanctions sévères » concernant les relations homosexuelles et « des manifestations ouvertes de soutien aux causes LGBTI, même sur les réseaux sociaux », attirant ainsi l’attention sur la question.

La Coupe du monde de football 2022 au Qatar a mis en lumière de graves abus contre les travailleurs migrants.

On pourrait faire valoir que l’Arabie Saoudite utilise le sport de la même manière que des compétitions comme le basket-ball de la NBA et la Premier League de football font depuis longtemps partie de la puissance douce des États-Unis et de la Grande-Bretagne, qui n’ont ni l’un ni l’autre un bilan irréprochable en matière de droits de l’homme.

Cela dit, même si Human Rights Watch ne classe pas les pays dans son rapport annuel sur les abus commis dans le monde, d’autres organisations, comme RSF avec son classement de la liberté de la presse, le font et des États comme la Chine, la Russie, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Inde, classent les pays. considérablement en dessous du Royaume-Uni et des États-Unis.

« L’utilisation délibérée des événements sportifs par des gouvernements au bilan épouvantable en matière de droits de l’homme comme outil pour blanchir leur réputation, au lieu d’adopter des réformes des droits de l’homme qui feraient le même travail, avec beaucoup plus d’efficacité et d’impact, et probablement à un coût économique bien moindre, est particulièrement méprisable », a déclaré Francavilla.

Il appelle les fédérations sportives, en particulier la FIFA, l’instance dirigeante du football mondial, à prendre l’initiative de freiner ce phénomène, quels qu’en soient les coupables.

“En juin 2017, la FIFA a adopté et publié sa politique en matière de droits de l’homme, déclarant que les engagements en matière de droits de l’homme sont contraignants pour tous les organes et responsables de la FIFA”, a-t-il déclaré.

« Human Rights Watch demande depuis longtemps à la FIFA d’appliquer des critères clairs et objectifs en matière de droits de l’homme à tous les États souhaitant accueillir la Coupe du Monde masculine et féminine et d’autres tournois, ainsi qu’à tout parrainage commercial majeur, y compris la protection du travail, la liberté de la presse, la non-discrimination. et l’inclusion.

« Compte tenu de la corruption passée et des graves violations des droits humains, notamment la discrimination à l’égard des personnes LGBT et la mort inexpliquée de milliers de travailleurs migrants qui ont construit les infrastructures de la Coupe du monde 2022, Human Rights Watch a demandé à la FIFA d’appliquer une série de mesures pour la Coupe du monde 2030 et Candidatures pour la Coupe du monde 2034.

“Ces mesures s’appliqueraient à n’importe quel soumissionnaire, qu’il s’agisse des États-Unis, du Royaume-Uni, de la Chine ou de l’Arabie saoudite”.

© Inter Press Service (2024) — Tous droits réservésSource originale : Inter Press Service

Où ensuite ?

Dernières nouvelles

Lisez les dernières actualités :

L’Arabie Saoudite accusée de « laver son bilan en matière de droits de l’homme » par le sport lundi 05 février 2024Libérer le potentiel de l’Inde grâce à l’IA lundi 05 février 2024En route vers la COP29 : les plus hautes ambitions climatiques sont nécessaires pour décarboner le monde lundi 05 février 2024L’escalade et les tensions au Moyen-Orient doivent diminuer, déclare DiCarlo au Conseil de sécurité lundi 05 février 2024L’actualité mondiale en bref : engagement en matière d’intelligence artificielle, maltraitance des enfants en ligne et la crise au Soudan s’aggrave lundi 05 février 2024La force de l’ONU intensifie ses patrouilles après le week-end de massacre à Abyei lundi 05 février 2024Guterres nomme un comité d’examen indépendant de l’UNRWA lundi 05 février 2024Les États-Unis doivent respecter le droit des juges à s’exprimer librement sur la race et les préjugés sexistes (expert en droits) lundi 05 février 2024Gaza : l’aide du Nord échoue alors que les tensions régionales s’accentuent lundi 05 février 2024Les Cubains attendent un coup de pouce majeur pour les transports à faibles émissions lundi 05 février 2024

Lien vers cette page depuis votre site/blog

Ajoutez le code HTML suivant à votre page :

L’Arabie saoudite accusée de « porter atteinte à son bilan en matière de droits humains par le sport », Inter Press Service, lundi 5 février 2024 (publié par Global Issues)

… pour produire ceci :

L’Arabie saoudite accusée d’avoir « effacé par le sport son bilan en matière de droits de l’homme », Inter Press Service, lundi 5 février 2024 (publié par Global Issues)



Source link