L’épouse de l’ancien Premier ministre pakistanais Khan est de retour chez elle après que sa résidence a été déclarée « sous-prison »


ISLAMABAD, 1er février — L’épouse de l’ancien Premier ministre pakistanais Imran Khan – emprisonnée hier avec son mari pendant 14 ans pour corruption – purge sa peine à son domicile après que leur résidence a été officiellement déclarée « sous-prison » par les autorités.

Bushra Bibi, une guérisseuse musulmane qui a rencontré Khan lorsqu’il l’a approchée pour obtenir des conseils spirituels, s’est rendue aux autorités hier peu après que les deux hommes ont été condamnés dans une affaire impliquant la vente de cadeaux étrangers reçus alors qu’il était Premier ministre.

Khan, qui a également été condamné à 10 ans de prison mardi dans une affaire distincte après avoir été reconnu coupable de divulgation de secrets d’État, reste incarcéré à la prison d’Adiala à Rawalpindi, où s’est tenu le procès.

L’ancien joueur de cricket international et son équipe juridique ont qualifié ces condamnations et une myriade d’autres accusations de stratagème de l’establishment militaire pour l’empêcher de revenir au pouvoir lors des élections de la semaine prochaine.

Publicité

Mercredi soir, le gouvernement a déclaré que Bibi avait été transférée de la prison d’Adiala à son domicile, dans la banlieue d’Islamabad.

«Le commissaire en chef du territoire de la capitale Islamabad est heureux de déclarer la résidence du condamné Mst. Bushra Bibi… en tant que sous-prison, à compter du 31-01-2024, jusqu’à nouvel ordre”, peut-on lire dans un ordre consulté par l’AFP.

La maison Khan – un bungalow décousu situé dans un grand complexe entouré de hauts murs en béton – se trouve dans le quartier cossu de Bani Gala de la capitale.

Publicité

Le Pakistan se rendra aux urnes le 8 février lors d’un scrutin déjà entaché d’allégations de fraude, Khan étant interdit de se présenter et son parti Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI) faisant l’objet d’une répression massive.

Des milliers de partisans ont été arrêtés lorsque des émeutes ont éclaté après la première arrestation de Khan l’année dernière, et environ 100 personnes attendaient leur procès devant des tribunaux militaires secrets.

Bibi est une figure polarisante dont le mariage avec Khan en 2018 – quelques mois avant son élection au poste de Premier ministre – a à la fois scandalisé et titillé la nation.

Khan, diplômé d’Oxford, s’est forgé une réputation de playboy pendant ses années de célibataire jouant au cricket, fréquemment photographié aux côtés de beautés et de mannequins de la société.

Son premier mariage avec Jemima Goldsmith – la fille d’un multimillionnaire britannique – s’est soldé par un divorce.

Il a ensuite épousé Reham Nayyar, une journaliste de télévision qui a publié un mémoire à baiser après leur divorce moins d’un an.

Bibi, sa troisième épouse, apparaît rarement en public et porte un hijab couvrant le visage lorsqu’elle le fait. -AFP



Source link