Les généraux étant exclus, la junte birmane envoie un bureaucrate à la réunion de l’ASEAN


BANGKOK, 29 janvier — Le Myanmar, dirigé par l’armée, a envoyé aujourd’hui un bureaucrate à la réunion des ministres des Affaires étrangères d’Asie du Sud-Est au Laos, a déclaré le plus haut diplomate indonésien, ajoutant que cette décision était conforme à la politique de l’Asean concernant la participation de ce pays déchiré par le conflit.

Les généraux au pouvoir au Myanmar restent exclus des réunions clés de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean) en raison de leur échec à mettre en œuvre un plan de paix convenu avec le bloc, deux mois après le coup d’État de 2021 qui a déclenché le chaos dans le pays.

L’Asean a pour politique d’inviter le Myanmar à envoyer à la place ce qu’elle appelle un représentant « apolitique », mais la junte a refusé au cours des deux dernières années, furieuse de ce qu’elle appelle l’ingérence de l’Asean dans ses affaires intérieures.

Le ministre indonésien des Affaires étrangères, Retno Marsudi, a déclaré dans un message texte adressé à Reuters que le secrétaire permanent par intérim du ministère des Affaires étrangères du Myanmar, Malar Than Htike, était au Laos pour les négociations d’aujourd’hui.

Publicité

L’information a été confirmée par deux autres sources diplomatiques.

“Le fait est qu’il n’y a aucun changement dans la politique de l’ASEAN”, a déclaré Retno. “Le Myanmar n’affectera pas la prise de décision de l’Asean.”

L’année dernière, Retno a mené une initiative en coulisses pour tenter d’entamer un dialogue entre les parties belligérantes au Myanmar, où des milices pro-démocratie alliées à un gouvernement fantôme et des armées de minorités ethniques ont mené une rébellion contre la junte.

Publicité

Le gouvernement militaire a refusé de dialoguer avec ce qu’il appelle des « terroristes ».

Le Myanmar est en proie à une crise depuis le coup d’État de 2021, avec au moins deux millions de personnes déplacées par les combats et des groupes de défense des droits humains accusant la junte de recours excessif à la force et d’atrocités généralisées contre les civils, ce qu’elle nie. -Reuters



Source link