OMS : La population de Gaza « meurt de faim »


GENEVE, 1er février — La population de Gaza meurt de faim en raison des contraintes imposées à l’aide humanitaire, a déclaré hier le directeur des urgences de l’Organisation mondiale de la santé, Michael Ryan.

L’OMS a déclaré que le risque de famine dans le territoire palestinien était déjà élevé et en augmentation, l’espace d’intervention humanitaire étant de plus en plus restreint.

“C’est une population qui meurt de faim, c’est une population qui est poussée au bord du gouffre”, a déclaré Ryan lors d’une conférence de presse.

« Les civils de Gaza ne sont pas parties prenantes à ce conflit et ils doivent être protégés, tout comme leurs établissements de santé.

Publicité

« Le peuple palestinien de Gaza est en plein milieu d’une catastrophe massive », a déclaré Ryan, ajoutant que les choses pourraient empirer.

Ryan a déclaré que l’accès à une nutrition adéquate était devenu un problème majeur dans la bande de Gaza, le nombre de calories et la qualité de la nutrition consommée par les Gazaouis ayant fortement chuté.

Les populations ne sont pas censées survivre indéfiniment grâce à l’aide alimentaire, a-t-il déclaré.

Publicité

« Il s’agit d’une aide alimentaire d’urgence destinée à aider les gens.

“Et si vous mélangez le manque de nutrition avec le surpeuplement et l’exposition au froid due au manque d’abris… vous pouvez créer les conditions d’épidémies massives”, en particulier chez les enfants.

“Et nous les voyons”, a déclaré Ryan.

L’espace d’intervention humanitaire est limité sous « tous les aspects », a-t-il ajouté.

Il a souligné la réduction spectaculaire du nombre d’établissements de santé opérationnels et la manière dont les efforts visant à acheminer l’aide dans la bande de Gaza étaient constamment perturbés et entravés.

« Des défis extrêmes »

La guerre a été déclenchée par l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, qui a fait environ 1.140 morts, pour la plupart des civils, selon un décompte de l’AFP basé sur des chiffres officiels.

Le Hamas a également capturé environ 250 otages. Israël affirme qu’il en reste 132 à Gaza, dont au moins 29 personnes auraient été tuées.

À la suite de l’attaque la plus meurtrière de l’histoire d’Israël, son armée a lancé une offensive aérienne, terrestre et maritime qui a tué au moins 26 900 personnes à Gaza, pour la plupart des femmes et des enfants, selon le ministère de la Santé du territoire.

Le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que l’agence était toujours confrontée à des « défis extrêmes » pour soutenir le système de santé de Gaza.

« Plus de 100 000 Gazaouis sont morts, blessés ou portés disparus et présumés morts », a-t-il déclaré.

« Le risque de famine est élevé et augmente chaque jour avec la persistance des hostilités et un accès humanitaire restreint. »

Tedros a déclaré que le complexe médical Nasser, le principal hôpital du sud de la bande de Gaza, fonctionnait désormais avec une seule ambulance, les patients étant transportés sur des charrettes tirées par des ânes.

L’OMS a tenté de livrer de la nourriture à l’hôpital mardi, mais cette aide a été retirée des camions « par des foules qui ont également désespérément besoin de nourriture », a déclaré Tedros. -AFP



Source link