Revue Tosca : La superbe mise en scène du classique de Puccini au Royal Opera présente un superbe méchant | Théâtre | Divertissement


L’étonnante production de Jonathan Kent de Tosca de Puccini a été présentée pour la première fois au Royal Opera House en 2006 et il s’agit déjà de sa 14e reprise. La musique et l’intrigue dramatique font de Tosca l’un des plus grands opéras et la mise en scène de Kent ne peut être meilleure.

George Bernard Shaw a décrit l’opéra comme « quand un ténor et une soprano veulent faire l’amour, mais en sont empêchés par un baryton », et Tosca en est un exemple particulièrement frappant.

L’histoire se déroule à Rome vers 1800 où les deux amants sont le peintre Cavaradossi et la chanteuse Tosca ; l’homme qui cherche à s’interposer entre eux est le méchant et puissant chef de la police, le baron Scarpia, qui convoite Tosca. Alors que les troupes de Napoléon tentent de reprendre Rome aux Italiens, les frictions politiques s’ajoutent du fait que les vues royalistes de Scarpia se heurtent au républicanisme des amoureux.

L’intensité de l’intrigue grandit et s’avère fatale pour les trois personnages principaux, le meurtre, le peloton d’exécution et le suicide jouant tous leur rôle tandis que la musique de Puccini embrasse magnifiquement l’amour, la violence et même un peu d’humour pour détendre l’ambiance si nécessaire.

La soprano lituanienne Ausrine Stundyte a fait une excellente impression dans le rôle-titre exigeant, passant du flirt coquet avec son amant à la colère jalouse alors qu’elle le soupçonne à tort d’infidélité, avant que son humeur ne cède la place à l’angoisse émotionnelle que lui inflige Scarpia.

Le ténor argentin Marcelo Puente a donné une excellente description de lui-même, en particulier dans ses duos avec Stundyte, mais la performance la plus frappante a peut-être été celle du baryton italien Gabriele Viviani dans le rôle de Scarpia. Ce rôle est de loin mon méchant d’opéra préféré, exigeant à la fois une voix forte et une grande présence physique alors qu’il impose son autorité et sa totale immoralité aux autres.

Ces trois-là dominent l’opéra, mais deux des seconds rôles ont également fait bonne impression dans leurs rôles beaucoup plus petits. Le baryton arménien Grisha Martirosyan a bien interprété le rôle du prisonnier politique évadé Angelotti, tandis que le baryton-basse britannique Henry Waddington s’est également bien décrit en tant que sacristain de l’église dans laquelle se déroule le premier acte. Ces chanteurs ont donné d’excellentes représentations des personnages des deux hommes qu’ils incarnent, même si les deux rôles sont limités.

Bien que j’aie vu toutes les parties principales de cette production chantées avec un panache légèrement plus grand par des artistes de classe mondiale, la cohésion et l’harmonie globales de l’ensemble du casting de la production actuelle étaient plus impressionnantes que jamais, ce pour quoi la directrice de Revival, Lucy Bradley, mérite beaucoup de crédit.

Ma seule déception est venue à la toute fin lorsque Tosca saute vers la mort depuis les remparts sur les toits du Château Saint-Ange. J’ai vu cela interprété comme allant d’un acte flamboyant surjoué à un glorieux backflip, mais le geste suicidaire de Stundyte n’était guère plus qu’un saut hésitant plutôt qu’un saut glorieux. Tosca mérite une fin plus dramatique.

NOTE : 4 étoiles

Billetterie : roh.org.uk ou 020 7304 4000 (Quatre représentations supplémentaires : les 8, 12, 19 et 24 février 2024 avant le retour de Tosca en juillet)



Source link