Un assaillant prend des otages lors d’une manifestation à Gaza près d’Istanbul


“Je ne peux que prier”

Les proches des otages se sont demandé pourquoi l’agresseur s’en était pris aux travailleurs de Turquie – un pays fortement favorable à la cause palestinienne – pour montrer sa solidarité avec la population de Gaza.

“Il est censé faire cela pour l’Islam, mais ce sont eux qui nuisent le plus à l’Islam”, a déclaré à l’AFP Sedat Degirmenci, dont le gendre a été pris en otage.

“Si vous faites cela pour la Palestine, allez vous battre là-bas”, a ajouté Cigdem Aydemir, la mère d’une femme de 26 ans prise en otage dans l’usine.

Comme d’autres proches, Aydemir suivait le compte Instagram du preneur d’otages pour se tenir au courant de la situation.

Le compte est devenu inaccessible jeudi soir.

“Qu’est-ce que ma fille a à voir avec ça ?” dit Aydemir. “Je ne peux que prier.”

La guerre à Gaza a été déclenchée par l’attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre, qui a fait environ 1.140 morts, pour la plupart des civils, selon un décompte de l’AFP basé sur des chiffres officiels.

Les militants ont également capturé environ 250 otages. Israël affirme qu’il en reste 132 à Gaza, dont au moins 29 personnes qui auraient été tuées.

Après l’attaque la plus meurtrière de l’histoire d’Israël, son armée a lancé une offensive sur Gaza. Il a tué au moins 27 019 personnes à Gaza, pour la plupart des femmes et des enfants, selon le ministère de la Santé du territoire contrôlé par le Hamas.

CRITIQUE D’ERDOGAN

Le président turc Recep Tayyip Erdogan est devenu l’un des critiques les plus sévères du monde musulman à l’égard d’Israël en raison du nombre massif de victimes civiles résultant de sa campagne contre les militants du Hamas.

Il a qualifié Israël d’« État terroriste » et a comparé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Adolf Hitler.

Erdogan a également accusé les États-Unis de soutenir le « génocide » à Gaza.

Les commentaires d’Erdogan reflètent la colère généralisée dans ce pays à prédominance musulmane mais officiellement laïc, face aux États-Unis, pour son soutien traditionnel à Israël.

Des centaines de manifestants ont pris d’assaut une base aérienne du sud-est de la Turquie utilisée par les forces américaines et britanniques à la veille de la visite du secrétaire d’État américain Antony Blinken à Ankara en novembre.

Des campagnes en ligne turques tentent également d’organiser le boycott de produits américains tels que Coca-Cola et la chaîne de café Starbucks.



Source link