Une berceuse pour les enfants qui dorment sous les bombes à Gaza — Enjeux mondiaux


“J’ai enduré le rugissement de l’artillerie, le feu dans la crèche, mais je me tiens droit”, disent les paroles. “J’ai surmonté la peur paralysante sous les couvertures, j’ai senti tout le monde me tourner le dos, mais je me tiens droit.”
Lorsqu’il a écrit la chanson en octobre, peu après le début de la guerre, Marwán, dont le père a grandi dans des tentes de l’UNRWA dans le camp de réfugiés de Tulkarm en Cisjordanie occupée, a décidé de faire don de ses droits pour récolter des dons pour le comité espagnol de l’UNRWA, le Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens.

« L’UNRWA est la bouée de sauvetage qui a soutenu mon père depuis sa naissance. Il est né dans un camp de réfugiés et a fréquenté une école de l’UNRWA, où il a reçu toute son éducation jusqu’à l’âge de 18 ans. ” explique-t-il dans une interview avec Beatriz Barral de UN News. “Ils continuent de soutenir des millions de Palestiniens, tous habitants de Gaza, et c’était le moins que je puisse faire. Sans solution politique, nous ne pouvons rien faire de plus que de nous rassembler et d’offrir notre aide”.

La « Berceuse urgente pour la Palestine » aborde « les injustices brutales et la privation de droits », la « négligence à laquelle les Palestiniens sont confrontés de la part de la communauté internationale », mais elle répète dans chaque verset : ils endurent.

“Malgré la négligence, l’abandon, les bombardements, les atrocités infligées aux enfants, les morts… Je veux mettre en lumière la résilience palestinienne, leur capacité à continuer, même dans des conditions désastreuses”, explique-t-il.

Marwán s’est rendu à plusieurs reprises en Cisjordanie, où résident encore des parents éloignés de son père. Il a même enregistré une chanson devant l’école de son père à Tulkarem.

Marwan – Nana Urgente para Palestina

Interrogé sur les accusations portées contre l’UNRWA, Marwán exprime sa profonde tristesse. “Qualifier l’UNRWA de problématique ou de soutien au terrorisme est totalement sans précédent et absurde. Il s’efforce uniquement d’aider les personnes dans les circonstances les plus extrêmes et de redonner de la dignité aux vies des Palestiniens, encore et encore. C’est tout ce qui me préoccupe. Je me concentre sur le soutien de l’UNRWA. ” Quelles que soient les critiques qui me sont adressées pour mon alignement sur l’UNRWA, ou les critiques contre l’UNRWA lui-même, cela ne me dérange pas. J’avance, attristé par le manque de soutien, par les gouvernements qui retirent leur aide, mais nous continuons”, dit-il.

Marwán exhorte tous ceux qui hésitent à faire un don à l’UNRWA à « faire des recherches approfondies sur ce qui se passe en Palestine ».

“Renseignez-vous sur le travail de l’UNRWA depuis 1948, qui a été impeccable et significatif. Je les exhorterais à considérer qu’un génocide est en train de se produire et que les Palestiniens dépendent véritablement uniquement de l’UNRWA. C’est aussi simple que cela. Ils n’ont rien d’autre que les fonds. reçus par l’intermédiaire de l’UNRWA”, affirme-t-il.

La suspension des fonds destinés à l’UNRWA est « une honte effroyable »

Les écoles de l'UNRWA servent d'abris aux personnes déplacées à Gaza.

© UNICEF/Eyad El Baba

Les écoles de l’UNRWA servent d’abris aux personnes déplacées à Gaza.

En présentant la chanson mardi au Musée Reina Sofía de Madrid, en présence de la ministre espagnole de la Jeunesse et de l’Enfance, Sira Rego, Marwán a qualifié la suspension des fonds de « déchirante ». Cela survient après qu’Israël a accusé plusieurs travailleurs d’être impliqués dans les attaques du 7 octobre, qui ont fait 1 200 morts et 250 otages, malgré le licenciement des employés par l’UNRWA et l’ouverture d’une enquête.

Avec sa chanson, il espère empêcher que la guerre à Gaza ne sombre dans l’oubli.

“En Palestine, les violations des droits de l’homme sont quotidiennes. Nous ne parlons pas d’une guerre conventionnelle entre deux pays, l’un se défendant contre l’autre”, dit-il.

“Je ne fais confiance qu’à l’intervention judiciaire internationale”

Marwán est consterné par ce qu’il qualifie de « violations flagrantes du droit international ».

« Après la Seconde Guerre mondiale, des mécanismes juridiques internationaux ont été mis en place pour prévenir de telles atrocités, mais les gens contournent les lois internationales. Même les pays qui parlent le plus de défendre les droits de l’homme sont ceux qui soutiennent le plus cela, mais ce sont les pays qui ont ils ont le plus de pouvoir à l’ONU parce qu’ils ont le droit de veto [in the UN Security Council]”, déplore-t-il.

L’artiste critique vivement la couverture médiatique de la guerre, qui oblige les individus à s’informer « via Twitter, via les comptes de journalistes palestiniens ou sur Instagram ».

“Nous permettons qu’un génocide se produise aux heures de grande écoute, avec le journalisme aidant les auteurs. C’est difficile à comprendre. C’est parce qu’il y a des intérêts particuliers. Il n’y a pas d’autre explication que l’intérêt personnel occidental. Il ne peut y avoir d’autre explication”, a-t-il déclaré. dit.

Marwán estime qu’une solution et un avenir pacifique ne peuvent être obtenus que grâce à une « intervention judiciaire internationale ». “C’est la seule lueur d’espoir pour le moment”, conclut-il.

Le chanteur Marwan interprète « Urgent Lullaby for Palestine »  lors de la présentation au Musée Reina Sofía de Madrid, Espagne, lors d'un événement organisé par le comité espagnol de l'UNRWA.

Comité national espagnol de l’UNRWA

Le chanteur Marwan interprète “Urgent Lullaby for Palestine” lors de la présentation au Musée Reina Sofía de Madrid, en Espagne, lors d’un événement organisé par le comité espagnol de l’UNRWA.

NDLR : Les opinions exprimées par la personne interrogée sont les siennes et ne représentent pas la position de l’Organisation des Nations Unies.



Source link